teste de crash bandicoot 3 warped

Déjà le troisième volet de la saga de Crash Bandicoot. Il faut dire qu’on ne s’en lasse pas, tant les 2 épisodes précédents était réussis !

Warped

Cette fois-ci, le terrible et dangereux Docteur Neo Cortex a recruté un scientifique, maître du temps, afin de tenter une nouvelle fois de conquérir le monde. Heureusement, Crash un charmant marsupial, ne l’entend pas de cette oreille. Et après ses nombreux exploits réalisés lors des épisodes précédents, il reprend du service pour le bonheur de tous.

Warped Playstation - Screenshot 1Si vous ne voulez pas vous faire agresser sexuellement par les grenouilles, je vous conseille de les trucider au plus vite !!

Cette troisième mouture ressemble beaucoup aux précédentes. Vous dirigez le bon vieux Crash, toujours dans un univers en 3D. La vue de notre héros est très variable en fonction des niveaux : vue de dos avec progression vers l’avant, vue de face ou vue de côté. Les graphismes sont très colorés dans un style cartoon des plus réussis.

Vous devrez éviter les précipices et autres pièges plus ou moins explosifs, en même temps que vous tannerez un maximum de méchants (grenouilles, chèvres, poissons, etc…). L’action est très dynamique, très agréable. Bref, on est bien là en présence du digne successeur des deux Mega-hits qu’avaient été Crash Bandicoot 1 & 2.

Warped Playstation - Screenshot 2Une poursuite à vous couper le souffle !

Heureusement, il ne s’agit pas simplement de nouveaux niveaux. Ainsi, par rapport aux versions précédentes, les graphismes ont été améliorés. De nombreux effets comiques ont été rajoutés, si bien qu’on rit souvent des déboires du héros.

Vous allez entrer dans des niveaux situés à différents endroits dans le temps. Ainsi, vous irez de l’époque du Jurassique, au Moyen-Age en passant par la Chine ou l’Atlantide. Par ailleurs, le nombre de niveaux a été augmenté ainsi que leur variété. Ainsi, dans certains niveaux, vous allez commencer avec une vue de face, pour terminer avec une vue de côté, ce qui rajoute du fun à l’action.

Warped Playstation - Screenshot 3Crash Bandicoot se prenant pour Cousteau !

Le nombre de mises en situations différentes du héros a été multiplié ! Tout d’abord, dans certains niveaux, vous ne dirigerez non pas Crash, mais sa soeur, qui choisit toujours des moyens de locomotion très rapides (tigre du Bengale, Jetski, Moto…). En second lieu, les niveaux dans lesquels vous dirigez Crash sont extrêmmement variés. Vous vous retrouverez à pied, sous l’eau avec un masque et des palmes, aux commandes d’un submersible, dans un avion… Pour finir, les ennemis sont nombreux et variés, chacun avec des animations qui lui sont propres (souvent hillarantes!)

Techniquement, la réalisation est sans faille : les dessins et la bande sonore sont proches de la perfection. La jouabilité est parfaite, puisque la difficulté est très progressive, et sera accessible au débutant (les premiers niveaux sont très faciles) comme aux joueurs confirmés (les derniers le sont nettement moins!!).

Warped Playstation - Screenshot 4Course sur la grande muraille de Chine à dos de tigre !!

Enfin, le jeu est tellement fun, qu’on y reviendra toujours sans vraiment jamais se lasser pour de bon ! Il y a dans la série des Crash Bandicoot un parfum de Tex Avery qui nous enchante tous, et c’est d’autant plus vrai avec ce dernier épisode, tout simplement merveilleux ! Un chef d’oeuvre de la PSX, à ne rater sous aucun prétexte !!

Lightman, le 09 décembre 1998


En Bref…teste de crash bandicoot 3 warped dans Non classé titre_test_enbref

Graphismes 18/20

Très colorés, avec des détails amusants, les graphismes, mais aussi une animation sont de grande qualité : on atteint là des sommets.

Jouabilité 18/20

Un plaisir de jeu incroyable !! Vous serez rarement frustré de ne pas finir un niveau, puisqu’au fur et à mesure qu’on recommence, on apprend rapidement à se sortir des pièges qui nous ont préalablement posé problème.

Durée de vie 19/20

Quand un jeu est aussi fun, jouable et agréable, on passe forcément beaucoup beaucoup de temps dessus. Heureusement, c’est avec aussi beaucoup de plaisir ! :-)

Bande son 16/20

Une ambiance sonore à la mesure des situations cocasses provoquées par Crash.

Scénario 15/20

On est en plein dans le même esprit que les dessins animés de Tex Avery. Moi j’aime (je crois que je ne suis pas le seul si on en crois les chiffres des ventes!!)

teste de bob l’eponge super vengeur

bob l’Eponge doit certainement avoir un ego surdimensionné. Non content d’officier pratiquement tous les jours à la télé, et d’être déjà apparu en début d’année dans un film et une gamme de jeux vidéo à son nom, le voilà revenir l’air de rien avec la ferme intention de sauver Bikini Bottom. Qui pouvait croire qu’une éponge puisse être si imbue de sa personne…Bob L'Eponge : Super Vengeur

Loufoque à souhait, l’histoire de cette nouvelle déclinaison de Bob l’Eponge commence dans la laverie de Bikini Bottom, alors que le duo de super héros l’Homme Sirène et Bernard l’Hermitte font leur lessive. Tout irait pour le mieux si l’essoreuse n’avait pas décidé de faire des siennes. Aidée par un peu de détergent, elle libère malencontreusement l’un des ennemis jurés de Bikini Bottom, j’ai nommé : la Bulle Infernale. Pire, cette grosse bulle maléfique se divise en une multitude de petites bulles et part à l’assaut de la ville et de ses citoyens. Complètement dépassés par la situation, l’Homme Sirène et Bernard l’Hermitte passent leur tour et laissent leurs places de sauveurs de l’humanité à Bob qui devra faire le sale boulot. L’éponge ne partira cependant pas à l’aventure les mains dans les poches, puisqu’elle aura droit d’emprunter l’équipement des deux héros, ce qui lui conférera quelques pouvoirs spéciaux.

Test Bob L'Eponge : Super Vengeur Playstation Portable - Screenshot 5Le jeu est globalement assez facile.

En apparence, Bob l’Eponge : Super Vengeur peut facilement être confondu avec un jeu de plates-formes comme on en voit tant dès qu’il s’agit d’adapter une série en jeu. Pourtant, et même s’il y a bien des éléments empruntés au genre plate-forme, c’est plutôt vers l’aventure que la cartouche trouve sa réelle inspiration. La grande partie de la progression s’étale ainsi sur une longue liste d’objectifs qui grossit régulièrement suivant vos actions. Si cet aide-mémoire mentionnera constamment le fait de devoir libérer Bikini Bottom de l’emprise des petites bulles infernales, elle vous rappellera aussi que vous devrez donner à manger à Gary, trouver la clarinette de Carlo, passer votre permis ou encore confectionner un pâté de crabe. Des petits objectifs pas forcément très passionnants mais qui rythment tant bien que mal le quotidien de Bob l’Eponge. Parallèlement à ces soucis journaliers, vous serez régulièrement investi de missions plus importantes telles qu’apprendre le karaté en compagnie de Sandy ou battre Lunettes Noires, l’un des super-vilains de l’histoire.

Test Bob L'Eponge : Super Vengeur Playstation Portable - Screenshot 6L’épreuve de la traite de méduse. Pas de doutes, nous sommes bien dans l’univers loufoque de Bob.

Contrairement à la version sur DS, cet opus PSP est évidemment dénué d’utilisation d’écran tactile et les épreuves s’effectuent donc avec la croix et les touches classiques ce qui fait que le jeu perd un peu de son aspect rigolo au niveau de la maniabilité. Par exemple, les pouvoirs auxquels on peut avoir accès (envoyer des bulles d’eau, avoir une super-force…) ne se déclenchent qu’en appuyant sur une touche. Nettement moins marrant que sur DS où il fallait tracer avec le stylet le symbole du pouvoir souhaité. Cela dit, ce n’est rien face à l’autre souci du titre et qui concerne la pauvreté des décors. Non pas que le jeu ne soit pas joli graphiquement, ni que son design soit éloigné de la série, au contraire, le jeu lui est très fidèle, mais les lieux sont horriblement vides. Et cette carence graphique déteint rapidement sur le jeu lui-même.

Test Bob L'Eponge : Super Vengeur Playstation Portable - Screenshot 7Un embranchement.

On passe ainsi le plus clair de son temps à traverser une longue zone où il n’y a rien à voir et où il ne se passe rien. Il faut juste marcher, pour atteindre un pauvre objet ou parfois même se retrouver face à un mur qui nous barre le passage et nous oblige à faire marche arrière. Les ennemis sont effectivement très rares dans le jeu et la difficulté est inexistante. Comme je vous le dis, tout ce qu’il y a à faire, ce sont des allers-retours dans les différents quartiers de la ville pour apporter tel objet à telle personne ou pour dégoter un nouveau pouvoir. Rapidement lassant, ce Bob l’Eponge tranche radicalement avec la folie ambiante qui imprègne chaque épisode de la série. Pour autant, le jeu n’est pas totalement mauvais et devrait trouver son public auprès des jeunes joueurs qui trouveront là un jeu d’aventure à leur portée mêlant quelques toutes petites phases de plates-formes pas vraiment difficiles non plus.

Jihem, le 30 août 2006

1234

ultradbz |
Gagner sur le web |
La Team LpS |
Unblog.fr | Annuaire | Signaler un abus | Casino en ligne: Le luxe de...
| Le blog des jeux vidéos
| jeuxvideo et console